Affaire Khashoggi : l’UE décrit les circonstances “inquiétantes” du “meurtre”

Publié par Jerome le octobre 21, 2018 | Maj le octobre 21, 2018

Le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Federica Mogherini, a indiqué qu’après la confirmation du fait que des circonstances “inquiétantes” apparaissent.
Après que l’Arabie saoudite eut admis que le journaliste Jamal Khashoggi était décédé au siège de son consulat à Istanbul, la haute représentante de l’Union européenne pour la politique étrangère, Federica Mogherini, a souligné que, après coup, des circonstances “inquiétantes” apparaissent.

L’union Européenne ne croit pas à la version de l’Arabie Saoudite

Selon ce que Mogherini a expliqué dans une déclaration, le “meurtre”, qui aurait été perpétré le 2 octobre, appelle à une enquête “approfondie et transparente” pour savoir qui est responsable et comment les événements se sont déroulés.

Dans ce document, la responsable a assuré qu’elle réaffirme son engagement en faveur de la liberté de la presse et de la protection totale des journalistes dans le monde et a exprimé ses condoléances à la famille de Khashoggi, dont le travail avec les organisations et institutions d’origine européenne a été souligné.

Selon le ministère public saoudien, le journaliste est mort violemment mais “accidentellement” lors d’une prétendue “confrontation directe” après son entrée au consulat.

La pétition française sur la mort de Khashoggi

La réaction de Mogherini a été rejointe par celle du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a condamné “l’assassinat” avec “la plus grande fermeté” et déclaré que, si la reconnaissance du fait est “un premier pas”, il faut juger ceux qui l’ont commis.

“De nombreuses questions restent sans réponse. Ils ont besoin d’une enquête approfondie et diligente pour établir toutes les responsabilités et permettre aux responsables du meurtre de Khashoggi d’être tenus responsables “, a déclaré le ministre Le Drian dans un communiqué.

Le Drian a rappelé que la France et l’Arabie saoudite ” continuent d’être unies par un partenariat stratégique qui implique ouverture, exigence et transparence ” et que cette affaire souligne une fois de plus la nécessité de protéger les journalistes, qu’il qualifie de ” priorité de sa politique étrangère “.

Le Secrétaire général de l’ONU s’est également dit préoccupé par cette affaire, qui a été publiée sur le site Web de l’organisation dans une déclaration citée sur Twitter.

Peu avant les déclarations européennes, le président américain, Donald Trump, a assuré qu’il considère que la version proposée par l’Arabie Saoudite est “crédible”, que la détention de 18 personnes ordonnée par Riyad est une avance.

Trump a dit qu’il préfère qu’aucune sanction contre le royaume n’envisage l’annulation des contrats entre les deux nations, parce que c’est un pays très “riche” et que les achats et les investissements engagés aux États-Unis dépassent 400 milliards de dollars.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *