Les accouchements par césarienne doublent dans le monde entier

Publié par Jerome le octobre 20, 2018 | Maj le octobre 20, 2018

Le nombre de bébés nés par césarienne dans le monde a presque doublé entre 2000 et 2015, passant de 12 pour cent à 21 pour cent de toutes les naissances (de 16 millions sur 131,9 à 29,7 millions sur 140,6), selon une série de trois articles publiés dans la revue scientifique “The Lancet” et lancée à l’occasion du Congrès mondial de la Fédération internationale de gynécologie et obstétrique (FIGO).

Une nouvelle problématique pour les femmes enceintes

D’après les résultats de cette étude, qui suit l’évolution de l’utilisation de la césarienne dans le monde et dans neuf régions d’après les données de 169 pays figurant dans les bases de données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’UNICEF, plus d’un pays sur quatre en 2015 avait des niveaux inférieurs (28 %, 47/169 pays) et la plupart des pays avaient des taux supérieurs au niveau recommandé (63 %, 106/169 pays), ce qui est le cas pour la césarienne.

Dans au moins 15 pays, le recours à la césarienne dépasse 40 %, dont la République dominicaine (58,1 % en 2014), le Brésil (55,5 % en 2015), la Turquie (53,1 % en 2015) et le Venezuela (52,4 % en 2013). Les données varient considérablement d’une région à l’autre. L’Asie du Sud a connu une augmentation plus rapide de l’utilisation (6,1 % par an), avec une surutilisation en 2015 par rapport à 2000 : elle est passée de 7,2 % à 18,1 %. Toutefois, les progrès ont été lents en Afrique subsaharienne (environ 2 % par an), où le recours à la césarienne est resté faible (passant de 3 % à 4,1 % des naissances en Afrique occidentale et centrale, et de 4,6 % à 6,2 % en Afrique orientale et australe).

Combien de césariennes une femme peut-elle avoir dans sa vie ?

Selon le rapport, la césarienne continue d’être surutilisée en Amérique du Nord, en Europe occidentale et en Amérique latine et dans les Caraïbes, où les taux ont augmenté d’environ 2 % par an au cours de la période 2000-2015. Son utilisation est passée de 24,3 % à 32 % entre 2000 et 2015 en Amérique du Nord, de 19,6 % à 26,9 % en Europe occidentale et de 32,3 % à 44,3 % en Amérique latine et dans les Caraïbes.

“La grossesse et l’accouchement sont des processus normaux, qui se déroulent en toute sécurité dans la plupart des cas. La forte augmentation du recours à la césarienne, surtout dans les milieux plus riches et à des fins non médicales, est préoccupante en raison des risques qu’elle comporte pour les femmes et les enfants. C’est pourquoi nous demandons aux professionnels de la santé, aux hôpitaux, aux femmes et aux familles d’intervenir de cette façon uniquement lorsque cela est médicalement nécessaire. Dans les cas de complications, les césariennes sauvent des vies et nous devrions améliorer l’accessibilité dans les régions les plus pauvres, mais nous ne devrions pas en abuser “, déclare Marleen Temmerman, directrice du Centre d’excellence en santé des femmes et des enfants de l’Université Aga Khan (Kenya).

Augmente avec le niveau d’instruction

cet égard, et en examinant les tendances au Brésil et en Chine, où le recours à la césarienne est élevé, les auteurs ont constaté que la plupart des césariennes étaient des grossesses à faible risque et chez des femmes qui avaient déjà subi une césarienne. Au Brésil, des niveaux d’utilisation particulièrement élevés ont été observés chez les femmes ayant fait des études supérieures, par rapport aux femmes moins instruites (54,4% des naissances contre 19,4%).

Il y avait également des disparités importantes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où les femmes plus riches étaient six fois plus susceptibles d’avoir une césarienne que les femmes plus pauvres, et où la césarienne était 1,6 fois plus fréquente dans les hôpitaux privés que publics.

Dans les 10 pays où le nombre de naissances était le plus élevé entre 2010 et 2015, on a constaté de grandes différences dans l’utilisation des césariennes entre les régions ; par exemple, les différences entre les provinces chinoises variaient de 4 à 62 %, et les différences entre les États indiens de 7 à 49 %. Les États-Unis, le Bangladesh et le Brésil ont signalé que la césarienne était pratiquée dans plus de 25 % des naissances nationales, mais certaines régions de ces pays en pratiquaient environ deux fois plus que d’autres.

“Compte tenu de l’utilisation croissante de la césarienne, en particulier dans les cas qui ne sont pas médicalement nécessaires, il est crucial de comprendre les effets sur la santé des femmes et des enfants. Il est important de mieux comprendre ce phénomène pour aider à informer les familles, les médecins et les législateurs. La césarienne est un type de chirurgie majeure qui comporte des risques qui exigent une attention particulière. L’utilisation croissante des césariennes à des fins non médicales peut entraîner des complications évitables, et nous préconisons que les césariennes ne soient utilisées que lorsque cela est médicalement nécessaire “, conclut le professeur Jane Sandall du King’s College London, Royaume-Uni.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *