Selon l’Observatoire astronomique de l’Institut géographique national (IGN), le solstice d’hiver correspond au jour avec le moins de lumière du monde. En d’autres termes, le jour le plus court. Autour de cette date sont le jour où le Soleil se lève plus tard et le jour où il se couche plus tôt. À Madrid, par exemple, Décembre 21 aura 9 heures et 17 minutes de lumière, alors que le jour le plus long de cette année, qui était Juin 21, avait 15 heures et 3 minutes de lumière.

Ce n’est pas le jour où le Soleil se lève plus tard et se couche avant

Bien que dans Madrid il peut y avoir une différence de presque six heures entre le plus court et le plus long jour, dans les autres parties du globe n’est pas ainsi. Cela dépend beaucoup de la latitude du lieu, étant nul à l’équateur – c’est-à-dire qu’il n’est pas visible – et étant extrême -jusqu’à 24 heures- entre les cercles polaires et les pôles. Précisément, en Antarctique, quelques jours par an autour du 21 décembre, il y a le phénomène du “Soleil de minuit”, dans lequel l’étoile est visible au-dessus de l’horizon pendant les 24 heures du jour.

Beaucoup pensent que le jour du solstice d’hiver est le jour où le soleil se lève et se couche plus tard, mais ce n’est pas vrai : c’est que l’orbite autour du Soleil n’est pas circulaire mais elliptique. En fait, le jour où notre roi des étoiles vieillit est déjà passé (8 décembre) et le jour qui sort plus tard n’est pas encore arrivé (il est prévu pour le 3 janvier). Ce phénomène entraîne également des inadaptations des cadrans solaires.

Jour du périhélie

Un autre fait, bien que non lié au début des saisons, survient également à ce moment : le jour du périhélie. C’est le jour où le Soleil et la Terre sont les plus proches l’un de l’autre toute l’année. C’est cette plus grande proximité du Soleil, comme l’indique l’IGN, qui fait que la Terre se déplace plus rapidement le long de son orbite elliptique en hiver (selon ce que l’on appelle la deuxième loi de Kepler) et donc cette saison est la plus courte en durée.

A cette occasion, l’approche maximale sera donnée le 3 janvier 2018 entre 6 et 7 heures du matin  selon l’Université de Barcelone à travers son service ServiAstro, avec une distance d’un peu plus de 147 millions de kilomètres, soit environ cinq millions de kilomètres de moins qu’au moment d’afelio ou la plus grande distance (5 juillet 2019).

Éclipses du Soleil et de la Lune

Le 6 janvier, il y aura une éclipse partielle du Soleil qui ne sera visible qu’en Russie. Mais nous n’attendrons pas longtemps la prochaine : le 21 janvier 2019 aura lieu l’éclipse totale de la lune, que l’on peut voir avec une amplitude totale depuis le Pacifique central, sur tout le continent américain et une partie de l’Europe (Royaume-Uni, partie de l’Espagne, Norvège et partie de la Suède). On peut aussi le voir en Afrique.

Et en ce qui concerne les averses d’étoiles, la pluie d’étoiles Quadrantite sera vue entre le 1er et le 5 janvier, avec un boom météorique maximum le jour 3.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici