7 conseils pour améliorer votre écriture

Culture7 conseils pour améliorer votre écriture

Écrire des vers comme Baudelaire ou Verlaine, faire preuve de la même imagination que Jules Verne ou Barjavel, manier la langue française tels Marcel Proust ou Molière, raconter une histoire à la manière de Guillaume Musso ou Bernard Werber… Ceci ne s’improvise pas !

Ce que tous ces génies de l’écriture ont en commun, c’est, hormis un talent indéniable, une persévérance sans failles qui leur a permis de pratiquer jusqu’à peaufiner leur art au niveau que nous leur connaissons tous.

Ne nous voilons pas la face : tout le monde ne peut pas devenir un écrivain talentueux. Mais tout le monde peut améliorer son écriture en suivant quelques conseils !

Saisir chaque opportunité d’écrire

On ne devient pas écrivain en se lançant dans une épopée qui s’étend sur plusieurs milliers de pages.

On commence avec de simples lettres, mails, notes… qui deviennent ensuite des anecdotes, des petites histoires, des nouvelles. Vous avez plus souvent l’occasion d’écrire que vous ne l’imaginez :

  • Un rapport à rendre au travail est l’occasion de vous entrainer à transmettre un message de manière claire et précise
  • Un post sur les réseaux sociaux vous permet de tester vos talents de « storyteller »
  • Une lettre de motivation vous apprend à mettre en avant les points essentiels
  • Une carte postale à vos parents vous donne la possibilité d’adapter votre style à vos lecteurs

Chaque fois que vous écrivez, vous avez l’occasion d’améliorer votre écriture.

Saisir chaque opportunité d’écrire

Varier les moyens d’écrire

À votre avis, combien de manières d’écrire existe-t-il ? Deux : à la main ou sur ordinateur ?

Voyons voir…

Sur support informatique

  • Sur un clavier d’ordinateur
  • Sur un écran tactile de Smartphone
  • Sur une tablette graphique, à l’aide d’un stylet et d’un logiciel de reconnaissance d’écriture

Sur support papier

  • Avec un crayon
  • Avec un stylo bille
  • Avec un stylo plume

Et nous pourrions mentionner aussi la bonne vieille machine à écrire, que de nombreux écrivains continuent à favoriser, ou la plume adorée des amateurs de calligraphie.

S’il n’est pas nécessaire de tous les pratiquer, il est important d’avoir au moins deux méthodes de choix : l’une manuelle et l’une informatisée. Alors, faites-vous plaisir avec un stylo gravé personnalisé (découvrez des modèles de choix ici) et un clavier ergonomique, et faites ce qui vous plait : écrivez !

Structurer son texte

Votre prof de français vous l’a répété au collège : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ».

Désolé de vous le dire, mais il avait raison ! (Pour ne pas avoir à l’admettre, préférez la version de Albert Einstein « Si vous n’arrivez pas à l’expliquer à un enfant de 10 ans, c’est que vous n’avez pas bien compris »)

Le but de l’écriture est de transmettre un message. Pour y arriver, vous devez :

  • Savoir quel est ce message
  • Être capable de le décomposer en étapes bien définies
  • Anticiper les interrogations
  • Ne pas céder à la tentation de « surexpliquer »

Aller à l’essentiel

Admirateurs de Jack Kerouac, Léon Tolstoï, H.P. Lovecraft et autres écrivains atteints de verbose, ne lisez pas ce paragraphe !

Les longues phrases parfaitement tournées, le choix volontaire d’un vocabulaire peu commun est un style à part entière, mais qui n’est pas accessible à tous et s’adresse à une minorité.

Pour l’immense majorité des écrivains et des lecteurs, la simplification du texte est de rigueur :

  • Utilisez les prépositions avec parcimonie, car elles sont simples à comprendre, mais alourdissent le texte et la lecture n’en est que plus difficile. (Exercice : réécrivez cette phrase avec 2 points et comparez)
  • Souvent, on utilise des mots qui paraissent importants sur le moment, mais au final n’ont que peu d’intérêt dans le texte. Le mot en soi n’est pas le vrai coupable, c’est son utilisation intempestive, abusive et généralement mal appropriée qui est en cause. (Exercice : enlevez tout ce qui est inutile dans ces deux phrases et comparez)
  • Les adverbes sont essentiels, mais à utiliser à bon escient pour ne pas masquer un manque de vocabulaire, acceptable sur les réseaux sociaux, mais pas dans un roman. Un paysage n’est pas « trop beau », mais « superbe », ou « magnifique ». Un film n’est pas « super drôle », mais « hilarant », « désopilant » ou « divertissant ».
  • Le ton conversationnel est à préférer au style littéraire.
Aller à l’essentiel

ATTENTION

Cette simplification ne doit cependant pas se faire au détriment de quelques règles de base :

  • Toujours respecter l’orthographe et la grammaire
  • Hormis dans les dialogues, « Ton conversationnel » ne rime pas avec « Écrire comme on parle ». Des termes comme « Ouais », « Bof », « Hmmm »… sont à proscrire.

Les bons mots font les bons amis

Le choix du vocabulaire est important. Celui doit être adapté au message à transmettre, et au public visé.

Sachez qu’il n’existe pas de mots interdits, ou de style à éviter :

  • La vulgarité est parfaitement acceptable, tant qu’elle apporte à l’histoire et s’inscrit dans le contexte.
  • Les « mots compliqués », honnis par certains et recherchés par les épistémophiles, permettent de susciter l’intérêt et la curiosité.
  • Les anglicismes ne contribuent pas à la détérioration de langue française, mais à son enrichissement. Mieux vaut parler de marketing que de marchandisage, si votre objectif est d’être lu par le plus grand nombre et non d’entrer à l’Académie Française.

Relire un texte à voix haute

Un exercice plus difficile qu’il n’y parait, mais qui apporte beaucoup.

Ceci vous permet de vérifier le rythme de votre texte, et d’y remédier s’il est trop monotone ou rébarbatif.

Insuffler sa personnalité

Écrire, c’est s’ouvrir pleinement. Votre texte reflète votre personnalité, votre manière de voir les choses, votre façon de penser…

C’est un point essentiel, celui qui fait que 100 millions de singes tapant 100 millions d’années sur 100 millions de machines à écrire n’arriveront jamais à reproduire l’œuvre de Shakespeare, ou que les logiciels les plus avancés d’IA sont incapables de produire un texte original et mémorable.

Vos proches vous disent : « On sent bien que c’est toi qui a écrit ce texte » ? Félicitations !

Pour aller plus loin

Ce site a établi une liste des différentes ressources utiles à tout écrivain en herbe. La plupart sont disponibles gratuitement, alors n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil.

Un dernier mot d’encouragement

Répondant à la question « Comment sait-on si on est un bon écrivain ? », Stephen King a dit :

« Quand une personne prend le temps de lire ce que vous avez écrit, vous savez déjà que vous n’êtes pas un mauvais écrivain. Si, en plus, cette personne a payé pour vous lire et qu’elle ne demande pas à être remboursée, vous pouvez considérer que vous êtes un bon écrivain »

À méditer à chaque fois que vous penserez que vous n’y arriverez jamais !

Camille Ogier
Rédactrice depuis 3 ans maintenant, j’écris notamment sur des thématiques culture, lifestyle et high tech. J’aime beaucoup ce qui touche à la décoration.