52% des Juifs d’Allemagne ont connu des épisodes de violence antisémite

Publié par Simon Taquet le décembre 13, 2018 | Maj le décembre 13, 2018

Dieter et Lea ont récemment changé d’école. L’école publique de Berlin qu’ils fréquentaient jusqu’à l’été dernier était devenue un enfer pour eux. Le pourcentage élevé d’étudiants issus de familles d’origine turque et de culture musulmane a créé une atmosphère ouvertement antisémite, difficile à supporter pour eux. Ils nous ont traités de porcs, nous ont poussés dans les couloirs, dit Dieter, qui s’est battu pour défendre sa sœur, nous avons toujours essayé d’être proches d’un professeur, mais souvent cela n’est pas possible et nous étions complètement sans défense. Non seulement ils ont changé d’école, mais aussi de quartier, car là, ils savaient tous que nous étions juifs. Maintenant, évitez de vous présenter comme Juifs dans la rue, comme le seul moyen d’essayer de retrouver la normalité.

Votre cas n’est pas isolé. Selon une étude de l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), 89% des Juifs vivant en Europe perçoivent une augmentation de l’antisémitisme dans leur lieu de résidence au cours des cinq dernières années. C’est l’opinion de 93% des Juifs en France, pays le plus touché selon cette enquête, et de 71% en Hongrie, le plus bas des pourcentages enregistrés. Mais le pays où l’antisémitisme a les conséquences les plus réalisables, indépendamment des évaluations, est l’Allemagne. Au cours des cinq dernières années, 52% des Juifs vivant dans ce pays ont connu un épisode de violence antisémite, bien au-dessus de la moyenne européenne de 39%. Selon cette enquête, qui a été menée en mai et juin avec des interviews de 16 395 Juifs résidant dans 12 pays européens, 38% admettent qu’ils souhaitent émigrer à cause de l’antisémitisme.

Le gouvernement allemand reconnaît que ces données “sont comme un coup de poing au visage et une honte” pour l’Allemagne, mais reconnaît aussi que ce n’est pas vraiment une nouveauté. La communauté juive allemande dénonce depuis des années cette haine croissante et ses conséquences. Le rabbin Daniel Alter a même souligné l’existence de “zones interdites” pour les Juifs de Berlin. Le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster, a conseillé à plusieurs reprises de ne pas porter le “kipá” dans les quartiers où la population musulmane est très présente dans toute l’Allemagne, en raison du nombre croissant d’attaques.

“Il y a cinq ans, il aurait été absurde de considérer cette précaution”, dit-il, mais maintenant il la considère “nécessaire. Comme Schuster l’a répété dans plusieurs interviews, “il faut se demander s’il est logique de s’identifier” en tant que juif ou s’il vaut la peine de se couvrir la tête avec un autre type de vêtement.

Le magazine “Jewish Berin”

Le magazine “Jewish Berlin”, par exemple, envoie ses exemplaires depuis deux ans dans une enveloppe fermée et neutre, sans logo ou expéditeur visible qui pourrait poser des problèmes indésirables aux 10 000 abonnés. “Malgré les coûts plus élevés de cet envoi, nous avons décidé que c’était la chose la plus souhaitable, après avoir constaté que de nombreux lecteurs pensaient à l’annuler pour cette raison “, selon les sources du rapport de publication.

Les entrées des synagogues et des magasins juifs de Berlin continuent d’être protégées par des couples de policiers qui montent la garde 24 heures sur 24 et le président du Conseil central des Juifs allemands, Josef Schuster, fait référence aux faits : le nombre de condamnations judiciaires pour crimes antisémites a augmenté régulièrement depuis 2013. Et il souligne que derrière eux se cachent souvent des militants violents d’extrême droite. Le 9 novembre 2016, jour anniversaire de la tragique “Nuit du verre brisé”, une association néonazie a publié sur Facebook la phrase “Aujourd’hui est une belle journée”, ainsi qu’une liste actualisée de soixante-dix entreprises juives à Berlin et un graphique dans lequel chacune d’elles figurait sur la carte.

Les écoles, jardins d’enfants, monuments, boutiques, restaurants et cimetières figuraient parmi les points signalés. L’incitation a été découverte par Mobile Beratung gegen Rechtextremismus (MBR), une organisation observatrice contre l’extrémisme de droite. “Il est relativement courant que des proclamations racistes et antisémites de ce genre soient publiées, ainsi que des interprétations antisémites des événements internationaux actuels, mais pointer ainsi les objectifs de Berlin, c’est faire un pas sérieux “, a déclaré Bianca Klose, directrice de l’organisation, après avoir demandé aux médias de ne pas donner de publicité gratuite au groupe néo-nazi et à ses manifestations sur Internet.

Quelque 97 000 Juifs déclarés vivent en Allemagne, alors que leur nombre actuel peut facilement doubler. C’est la troisième communauté en Europe, après la France (550 000) et la Grande-Bretagne (270 000). “L’Allemagne est prête à protéger les Juifs “, a déclaré la chancelière Merkel pour tenter de rassurer la communauté juive allemande face à l’augmentation des attaques, mais la communauté juive a répondu que ” ces paroles ne suffisent pas.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *