“I feel like a puma since I am vegan”. La phrase prononcée par l’acteur Dani Rovira lors de la promotion de son dernier film comique, “Superfish”, nous amène à nous demander ce qui se cache derrière ce régime pour qu’une personne se déclare si énergique, et quels principes doivent être suivis pour le réaliser correctement : qu’est-ce qu’elle mange, et que ne mange pas ? Les végétaliens n’ingèrent aucun aliment ou dérivé d’origine animale. C’est-à-dire qu’ils s’abstiennent de manger de la viande, du poisson, des fruits de mer ou tout autre produit fabriqué avec ces aliments et, contrairement aux végétariens, ils excluent également de leur alimentation les aliments dérivés d’autres animaux comme les œufs, les produits laitiers ou le miel.

Qu’est-ce qui les amène à devenir végans ?

Qu’est-ce qui les amène à devenir végans ? Certains le choisissent pour des raisons de santé, d’autres pour des raisons morales….. Le fait est que, selon Patricia Restrepo, directrice de l’Institut Macrobiotique d’Espagne (IME), de plus en plus de gens prennent conscience de leur responsabilité alimentaire et, de ce point de vue, optent pour le véganisme comme moyen, voire comme moyen de protéger la planète. Par exemple, pour obtenir un kilo de viande animale, il faut utiliser au moins 16 kilos de céréales, 20 000 litres d’eau et l’équivalent énergétique de 8,3 litres de carburant. Cependant, pour produire un kilogramme de céréales, il suffit de 100 litres d’eau, un peu d’engrais et presque pas de carburant.

Un végétalien se sent-il mieux ?

L’implication des végétaliens, corrobore Lucía Martínez, auteur de Conscious Vegetarians et l’un des plus grands experts en la matière dans notre pays, va au-delà de celle d’un végétarien strict. “Un végétalien est généralement plus engagé contre l’utilisation d’animaux dans d’autres domaines, tels que les loisirs (zoos, taureaux, aquariums…), prend soin de cet aspect également dans les vêtements (utilisation de cuir, laine ou soie), ou l’utilisation de dérivés cosmétiques et en pharmacie (lanoline, miel, graisses animale..) Ils essaient également d’éviter les produits qui ont été testés sur des animaux, et je dis qu’ils essaient parce que les éviter est souvent impossible, surtout dans le cas des médicaments. Ainsi, le terme végétalien inclut un mode de vie, alors que le terme végétarien strict ne fait référence qu’à un régime alimentaire.

Mais qu’est-ce qui est vrai à propos d’un végétalien qui se sent mieux ? Cette affirmation, répond Martínez, ne peut être attribuée qu’à une personne qui passe d’une alimentation malsaine à une alimentation plus saine, qu’elle soit végétalienne ou végétarienne ou non. Changer notre vie, quelle qu’elle soit, y compris l’alimentation, ajoute-t-il, cela nous conduit à nous comporter davantage en accord avec nos croyances ou avec ce que nous croyons être plus correct, car cela peut évidemment influencer notre bien-être avec nous-mêmes. Et il se peut qu’un végétalien de longue distance qui mange bien ait, comme certaines études l’indiquent, un meilleur microbiote intestinal et, par conséquent, une meilleure digestion, mais nous parlons de plusieurs hypothèses ensemble, reconnaît-il.

Cependant, pour Restrepo, il existe des améliorations physiques et mentales évidentes. L’explication, souligne-t-il, serait que lorsque nous faisons un régime végétalien, notre système digestif fonctionne parfaitement bien. Nous n’avons jamais un taux de cholestérol élevé -qui provient de la consommation de protéines animales-, nous n’avons pratiquement pas de problèmes cardiovasculaires -qu’ils génèrent à partir de graisses saturées-, nous n’avons pas de pourriture dans les intestins -produits après avoir mangé de la viande et des produits animaux qui pourrissent dans les intestins – alors que les céréales complètes, légumes et légumes fermentent, contribuant à la régénération du microbiote intestinal “. Ainsi, poursuit-il, “de plus en plus d’études scientifiques indiquent une relation directe entre le cerveau et les intestins. Le fait d’avoir ce dernier dans un meilleur état rend notre capacité de concentration, notre clarté mentale et notre mémoire plus claires et plus concentrées. Les corps sont plus souples, on va moins chez le médecin….”.

Alimentation déséquilibrée

Cependant, suivre cette option n’est pas entièrement facile à suivre, et des conseils nutritionnels professionnels sont nécessaires. Ainsi, de l’EMI (IME) avertir que, s’il est vrai que c’est l’une des options les plus saines, dans de nombreux cas, générer des problèmes de santé en ne mangeant pas les bons aliments et souffrent de carences en vitamines, minéraux, protéines et autres suppléments, qui les causent une mauvaise nutrition. Ainsi, reconnaît Restrepo, du point de vue nutritionnel, de nombreux végétaliens quand ils arrêtent de manger de la viande commencent à avoir une mauvaise alimentation. Le problème, c’est qu’ils savent ce qu’ils n’ont pas à manger, mais ils ne savent pas ce qu’ils ont à manger. Les régimes végétaliens sont dans la plupart des cas déséquilibrés et avec des carences nutritionnelles “, confirme Restrepo et, entre autres, rend absolument indispensable la prise de B12.

Dix clés pour être un végétalien bien nourri

Restrepo conclut que pour être végan et bien nourri il est très important de bien choisir ses aliments et que ceux-ci soient d’origine écologique. Avec la supplémentation obligatoire en B12, ce sont, selon l’IME, certains des principes de base pour arrêter de manger des produits animaux et être bien nourri :

1. Préparez des plats autour des céréales à grains entiers (riz, millet, sarrasin, quinoa, etc.). De même, les pâtes doivent être complètes.

2. Prendre une bonne quantité de légumineuses (protéines) par jour avec des céréales.

3. Incorporer une bonne quantité de légumes à feuilles vertes, de crucifères, de citrouilles, de poireaux et d’oignons dans chaque repas. Il est conseillé de les cuire car l’utilisation exclusive de légumes crus produit du froid dans l’organisme, surtout en hiver, et ralentit les fonctions métaboliques.

4. Remplacer le sel ordinaire par du sel marin non raffiné. Le sel marin naturel contient la trace de 92 minéraux essentiels, tandis que le sel ordinaire raffiné et adultéré, un sous-produit de l’industrie chimique, ne contient que deux éléments : sodium et chlore.

5. Évitez le sucre et sucrez avec des sirops de céréales, car ils fourniront une énergie plus stable à l’organisme et ne produiront pas de pics de glucose.

6. Commencez les repas avec un bol de soupe ou de crème de légumes chaude. Cela aidera à préparer le corps à la digestion.

7. Accompagner les repas avec des ferments comme la choucroute ou le miso, par exemple, pour régénérer le microbiote intestinal et maintenir le système immunitaire haut.

8. Incorporer les algues marines dans l’alimentation parce qu’elles sont une bonne source de minéraux et d’oligo-éléments. Une petite quantité quotidienne est suffisante pour répondre aux besoins recommandés.

9. Comme source de lipides, il est recommandé de n’utiliser que des huiles de première pression à froid d’origine locale ainsi que des noix locales.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici