10 raisons de voir (ou de revoir) le film Intouchables

Culture 10 raisons de voir (ou de revoir) le film Intouchables

Avec près de 20 millions d’entrées au cinéma en 2011, Intouchables a connu un véritable succès que l’on ne peut démentir. Le film français réalisé par Olivier Nakache et Eric Toledano a trouvé son inspiration dans l’histoire de vie de Philippe Pozzo di Borgo, homme d’affaires devenu tétraplégique suite à un accident en 1993 et de sa relation avec son auxiliaire de vie à domicile Abdel Yasmin Sellou, dont les deux rôles sont joués respectivement par François Cluzet et Omar Sy.

Comme on a adoré ce film, on vous livre 10 raisons de voir ou de le revoir. C’est parti !

Pour une histoire touchante, qui unit deux hommes que tout oppose

Ce qui fait sans doute en grande partie l’originalité et le succès de ce film, c’est le fait qu’il mette en scène deux hommes que tout oppose, que rien d’autre à part une offre d’embauche n’aurait pu réunir. Et cet entretien d’embauche ne va pas être des plus traditionnels.   

Après un rapide flash-back sur la fin du film, l’histoire débute chez le riche tétraplégique, Philippe qui a organisé une session de recrutement afin de trouver son futur aide à domicile pour l’assister au quotidien. Parmi les candidats, figure Driss, le personnage joué par Omar Sy, un jeune de quartier sensible tout juste sorti de prison. Persuadé qu’il ne sera pas retenu pour ce travail et finissant par s’impatienter, le jeune homme rentre alors dans le bureau où se trouve François Cluzet et sa secrétaire Magalie, à la place d’un autre candidat qui venait d’être appelé.

Manquant de tact et de politesse, Driss lance alors à Philippe et Magalie « Je suis venu pour faire signer un papier ». Surprise par cette entrée en matière, la secrétaire demande alors au candidat s’il a des références. Omar Sy alias Driss continue la provocation en citant comme références des groupes de musique et finit par se moquer du manque d’humour de Philippe, qui ignore les références citées par le candidat.

L’entretien se termine avec la garantie que le papier en question sera signé le lendemain et là, c’est la surprise, le riche tétraplégique propose de prendre le jeune à l’essai pendant 1 mois, ce que le demandeur d’emploi finit par accepter.

Pour le rôle du personnage joué par Omar Sy

Source : Frederic Legrand – COMEO / Shutterstock.com

Le personnage de Driss, ce jeune issu d’une famille nombreuse très modeste vivant en région parisienne, nous touche particulièrement pour la réalité sociétale qu’il incarne. Après avoir été passé l’entretien à Paris pour demander la signature du document dont il a besoin, il rentre en banlieue dans le petit appartement de sa mère situé dans une cité, dans lequel se trouvent plusieurs enfants en bas-âge. Alors que la mère de famille est au travail, c’est une des sœurs à peine âgée de 12-13 ans qui s’occupent des plus jeunes.

Alors que, Driss, l’ainé de la famille, surveille les enfants pendant le goûter, l’un de ses petits frères rentre dans l’appartement après avoir été déposé par un gros 4×4 luxueux en bas de chez lui. Familier de la petite délinquance, il questionne ce dernier pour savoir d’où il vient, qui fait mine de ne pas comprendre.

Délinquance, pauvreté, échec scolaire et promiscuité sont autant de réalités des quartiers populaires qui sont mis en exergue dans ce long-métrage.

Pour la leçon de vie donnée par le biais de ce film

S’il y a bien une autre réalité qui est mise en scène dans le film Intouchables, c’est celle de la place du handicap dans notre société. A travers le rôle joué par l’acteur François Cluzet, c’est toute la difficulté rencontrée par les personnes handicapées au quotidien que l’on peut découvrir. Soins à répétition, assistance au quotidien d’auxiliaires de vie, douleurs fantômes, médicaments ponctuent le quotidien du tétraplégique pour qui notre compassion est entière.

Pour l’humour omniprésent

La mise en scène de la vie d’un handicapé assisté par un auxiliaire de vie complètement novice dans l’aide à domicile placée sous le signe de l’humour rend cette histoire aussi drôle que poignante. En effet, l’humour, ce n’est pas ce qui manque dans ce film. De la bataille de boules de neige pendant laquelle Driss est le seul à pouvoir envoyer des boules de neige sur Philippe à la virée dans Paris en fauteuil roulant des deux hommes, les scènes aussi épiques soient-elles sont nombreuses.

Pour la phrase culte « Pas de bras pas de chocolat »

S’il y a bien une réplique que tout le monde connaît sans même avoir vu le film Intouchables, c’est la phrase prononcée par Omar Sy à François Cluzet dans une galerie d’art parisienne « pas de bras pas de chocolat ». Toute l’hilarité de cette scène tient au contexte dans lequel cette phrase est prononcée par l’aide à domicile de l’handicapé. Alors que les deux hommes attendent la confirmation du prix d’un tableau par une agent qui travaille dans la galerie d’art, Driss est en train de manger des bonbons lorsque Philippe lui demande de lui en donner. De but en blanc, le jeune homme répond « Non. Pas de bras pas de chocolat » d’un air sérieux. Très surpris par cette réponse, le tétraplégique semble se décomposer. C’est alors que l’auxiliaire de vie lui répond « c’est une vanne » et éclate de rire. Si cette réponse peut paraître blessante, on comprend rapidement qu’il s’agit d’un humour maladroit, sans aucun fond méchant.

Pour tout ce que « Philippe » apporte à « Driss »

Si Omar Sy brille par l’humour dans le rôle qu’il incarne, François Cluzet quant à lui va apporter beaucoup à ce jeune qui travaille pour lui aussi bien personnellement que financièrement ou même encore culturellement. En effet, souvent Philippe interroge durant le film Driss sur ce qu’il pense de l’art, lui enseigne certains procédés littéraires et lui fait découvrir un tas d’activités que le jeune homme n’aurait pu s’offrir seul : parapente, voyage en jet privé, shopping luxueux à la place Vendôme… Plus qu’un employeur, le riche tétraplégique transmet un véritable enseignement de vie à ce jeune issu des quartiers populaires.  

Pour l’authenticité du personnage de Driss

Source : Gaumont Distribution

Si Philippe se confie à son frère quelque temps après l’arrivée de son nouvel auxiliaire de vie sur le fait qu’il n’a pas spécialement de compassion pour lui, et même qu’il n’a aucune pitié à son égard, le jeune banlieusard va pourtant se montrer attentionné avec ce dernier à plusieurs reprises au cours du film. On pense notamment à la scène où Driss rassure Philippe lorsque ce dernier lui fait part du fait que la femme avec qui il entretient une relation épistolaire souhaite une photo de lui, alors même qu’il ne lui a jamais parlé de son handicap.

L’auxiliaire de vie se montre spontané et bienveillant envers lui en lui expliquant que celle-ci peut très bien se moquer du fauteuil, qu’elle est passionnée comme lui par la littérature, domaine sur lequel ils échangent depuis plusieurs mois. C’est avec beaucoup de subtilité que le personnage joué par Omar Sy choisit une photo où l’on voit François Cluzet assis avec la poignée du fauteuil roulant qui dépasse légèrement. Driss lui indique d’ailleurs que cette photo représente un bon test dans la mesure où on voit qu’il y a quelque chose mais ce n’est pas non plus une photo qui montre complètement sa tétraplégie. L’œil neutre de l’aide à domicile sur le handicap de son employeur va beaucoup contribuer à la qualité de la relation entre les deux hommes.

Pour le rôle de grand frère joué par Driss avec la fille de Philippe

Avant d’être blessé irréversiblement aux cervicales l’ayant rendu tétraplégique, Philippe a vécu avec une femme, décédée d’une maladie incurable avec qui il a eu une fille, Elisa, qu’il élève tant bien que mal seul, du moins assisté du personnel qui lui est vital.

Si la cohabitation entre le nouvel assistant de son père et Elisa commence difficilement puisque Driss lui reproche son comportement hautain, il va finalement se montrer bienveillant à son égard aussi. Le soir de l’anniversaire de son père, la jeune adolescente est en pleurs dans sa chambre, ce qui ne va pas échapper à Driss. Il va alors lui demander la raison pour laquelle cette dernière est dans tous ses états. Elle va alors lui expliquer que le jeune homme avec qui elle sortait l’a quitté et insulté. Comme un grand frère, le jeune homme ne va pas hésiter dès le lendemain à se rendre à la sortie du lycée de l’ex-petit ami de la fille de Philippe pour lui enjoindre d’aller s’excuser auprès d’elle pour ses paroles. 

Pour l’énergie positive de Driss dans la maison de Philippe

S’il y a bien une qualité que l’on ne peut pas enlever au nouvel assistant du tétraplégique c’est sa bonne humeur permanente. Que ce soit à l’égard des autres assistantes Yvonne et Marcelle ou de la secrétaire Magalie, ou même du jardinier Albert, Driss fait toujours preuve d’énergie positive. On pense à la scène qui a lieu après les festivités qui se sont déroulées avec toute la famille de Philippe pour son anniversaire. A propos de ces festivités, Philippe avait eu l’occasion de confier à Driss le fait qu’elles étaient toujours très protocolaires et ennuyantes chaque année. Mais cette année, c’était sans compter sur la présence enjouée de Driss. Alors que les invités sont partis et que la soirée semble toucher à sa fin puisque les musiciens engagés pour l’occasion rangent leurs instruments, l’aide à domicile décide de mettre sa musique et de faire découvrir à Philippe ses références musicales, notamment celles dont il a parlé avec ce dernier lors de son entretien d’embauche. Driss, qui se met alors à danser, invite tout le reste du personnel de maison à danser avec lui, pour l’anniversaire de Philippe.

Ce dernier semble conquis par cette initiative spontanée.

Pour la complicité qui se crée entre les deux acteurs principaux

source : Gaumont Distribution

Au delà d’une relation professionnelle, c’est une véritable amitié qui se noue entre les deux hommes. Le moment marquant dans la relation entre les deux est sans conteste la scène où Driss entend via le baby phone qui leur permet de communiquer l’handicapé souffrir de suffocations intenses. Il n’hésite pas à se lever et à lui venir en aide. Il lui pose alors un gant froid sur le front et une de ses mains sur son visage. Driss se met à rassurer Philippe en lui disant que ca va aller. La complicité qui naît entre les deux hommes se lit dans leur échange de regards et c’est à partir de ce moment là que les deux hommes vont se rapprocher de façon significative, venant teintée d’amitié leur relation au départ purement professionnelle. 

Vous connaissez désormais les 10 raisons de voir ou de revoir ce film alors n’hésitez plus !

via giphy.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici