10 films pour battre le blockbuster Fatigue de 2018

Publié par emma le août 27, 2018 | Maj le octobre 6, 2018

Le mois d’août est habituellement le moment de la saison estivale où le multiplex commence à se calmer un peu. Fin juillet, sort Mamma Mia : c’est reparti, Mission : Impossible – Fallout, et Ant-Man et le Wasp sont généralement suffisants pour maintenir leur démographie respective jusqu’en septembre.

C’est pourquoi nous profitons également de cette période au début du mois d’août pour attirer l’attention sur certains nettoyeurs de palais potentiels qui seront également projetés au grand écran dans les semaines à venir. Mais depuis que nous avons commencé cette liste annuelle en 2013, toute l’année est devenue une saison de superproduction, avec des sorties majeures de tentes-pôles toutes les quelques semaines. D’ici Noël, il reste encore beaucoup de grands films de franchise à venir.

Rien de tout cela ne veut dire que nous ne sommes pas impatients de voir les , même s’ils n’ont pas tous nos préférés aux prises avec un mégalodon. Mais si le temps persiste tout au long de ce mois, vous chercherez peut-être quelque chose d’un peu plus discret en vous réfugiant dans des théâtres charmants et climatisés. Voici dix films à rechercher entre vos multiples visionnements de Mission : Impossible.

La Miseducation de Cameron Post

Mis hors la loi dans 14 états américains, il y a encore beaucoup plus de gouvernements locaux (et un gouvernement national) qui tolèrent les camps de “thérapie de conversion gay”. Ce qui rend Desiree Akhaven’s The Miseducation of Cameron Post d’autant plus opportun. Contrairement aux films des générations précédentes qui tentent de trouver un ton conciliant entre les couches les plus extrêmes du christianisme et les minorités qu’ils persécutent en “Prier pour les homosexuels”, Cameron Post permet un regard franc et mélancolique sur ce qui se passe quand une jeune fille est envoyée par sa famille concernée dans un camp de conversion gay en 1993.

Alors que Chloë Grace Moretz, dans le meilleur tour de carrière, persiste et surmonte dans ce scénario, profitant d’une histoire inhabituelle de passage à l’âge adulte, les amis et autres adolescents sont détruits par elle. C’est un indie charmant mais sombre qui vaut bien le temps de n’importe qui. .

Christopher Robin

Comme toujours, nous ne recommandons pas seulement des choix indie dignes ici. La grande sortie d’août de Disney est une suite en direct, plutôt qu’un remake en direct, donnant leur point de vue sur Winnie the Pooh the Hook d’A.A. Milne. Ewan McGregor est le personnage principal adulte qui retourne dans le bois des Cent Acre avec Pooh et tous ses copains câlins.

Hayley Atwell et Mark Gatiss sont les co-stars de McGregor, tandis que Jim Cummings, Nick Mohammed, Chris O’Dowd, Brad Garrett, Toby Jones, Sophie Okenedo et Peter Capaldi prêtent leur voix aux jouets. Même avec un tel casting d’étoiles, il est difficile d’imaginer que cela atteigne les hauteurs de Paddington, mais cette gâterie chaude et floue devrait au moins fournir un antidote opportun à l’irritant Peter Rabbit de cette année. Il sort sur les écrans le 3 août et, malgré quelques réserves initiales,…

BlacK Klansman

Basé sur les mémoires du même nom, le dernier film de Spike Lee est un mélange amusant de comédie et de tragédie, de poésie et de documentaire, à propos d’un détective de la police afro-américaine qui infiltre un chapitre local du Ku Klux Klan. John David Washington joue le détective Ron Stallworth, qui met sur pied une opération d’infiltration élaborée avec son collègue blanc Flip Zimmerman (Adam Driver) pour exposer les dessous racistes de Colorado Springs.

Alors que certains ont remarqué que le film n’est pas exactement subtil dans son anticipation de l’Amérique de Trump, ce n’est pas vraiment le moment de la subtilité. Comme nous l’avons vu dans Sacha Baron Cohen’s Qui est l’Amérique ? l’art sur l’Amérique veut vraiment être aussi audacieux que leurs cibles. Lee a absolument les compétences d’un cinéaste pour faire une satire mordante d’un sujet qui ne devrait pas faire la une des journaux, quelque 40 ans après le tournage du film. Il frappe les salles de cinéma le 10 août.

Une prière avant l’aube

Pas pour les plus timides, le nouveau film de Jean-Stéphane Sauvaire est à terre, sale et captivant pour son public spécifique. Commercialisé comme un film d’arts martiaux mixtes, il s’agit en fait d’un biopic dur et inébranlable sur le genre d’enfer et de rédemption que l’on peut trouver derrière les barreaux. Dans une prison thaïlandaise où le boxeur anglais Billy Moore (Joe Cole) est jeté pour possession de drogue, cette histoire vraie montre l’horreur de Billy de se retirer dans une société impitoyable où il ne parle pas la langue…. et d’apprendre à le faire tout en gravissant les échelons de la hiérarchie de la prison.

Un film qui frappe aussi fort que le crochet droit de son personnage, ce drame sans fioritures peut parfois être dévastateur et toujours utile pour son créneau démographique. Le film commence le 10 août.

Les Asiatiques riches et fous

Un film que nous espérons certainement est aussi bon que les promesses des prémisses, est une comédie romantique hollywoodienne, un genre longtemps considéré comme éteint, mettant en vedette une distribution entièrement composée d’acteurs d’origine asiatique. Et ça a l’air délicieux. Centré sur ce qui se passe lorsqu’un riche célibataire nommé Nick Young (Henry Golding) tombe amoureux d’une fille moins “folle” appelée Rachel (Constance Wu), le film défie la tradition et les attentes alors que Rachel tente de gagner la mère de Nick (Michelle Yeoh)…. à des résultats ambigus.

L’image est réalisée par Jon M. Chu du meilleur film Step Up (et G.I. Joe : Retaliation), et sera celle de garder la date pour le 15 août.

Alpha

Il s’agit de la première réalisation en solo d’Albert Hughes, dont la avec son frère Allen comprend Dead Presidents et The Book of Eli. Film d’homme contre nature avec une tournure historique, Alpha se déroule pendant la période paléolithique supérieure, alors que le jeune chasseur de Kodi Smit-McPhee, Keda, se sépare d’une expédition.

Perdu et seul, il forme un lien avec un loup et commence un voyage épique pour rentrer chez lui. Bien que cela puisse sembler être un grand film à effets spéciaux sur un garçon et son bon chien, nous ne parierons pas contre le calibre des œuvres passées des frères Hughes. Il a été un peu bousculé par les studios, mais si c’est un peu comme Le Livre d’Eli, il y en aura un peu plus derrière le spectacle d’action. Il sort en salles et sur les écrans IMAX le 17 août.

Les meurtres du Happytime

Avertissement : NSFW remorque

Plus de 10 ans de travail, il s’agit essentiellement d’un mystère meurtrier chez les Muppets. Le réalisateur Brian Henson reconfigure le rapport Muppet-humain habituel de ses adaptations de Christmas Carol et Treasure Island en jumelant le détective de Melissa McCarthy avec un partenaire en feutre flou sur la piste d’un tueur qui cible des marionnettes.

C’est toujours agréable d’avoir un film avec des Muppets dedans, même si Henson va bien au-delà de la réservation pour celui-ci. Avec son implacable comédie pour adultes, ce film se situe quelque part entre Qui veut la peau de Roger Rabbit et Les Feebles de Peter Jackson. Nous suivons le développement de celui-ci depuis longtemps, alors espérons que cela vaut la peine d’attendre. Il frappe les théâtres le 24 août.

Recherche

Le cinéaste Timur Bekmambetov a été à l’avant-garde du développement d’un nouveau type de récit qu’il décrit comme “Screenlife”, c’est-à-dire la vie que nous vivons sur nos écrans, qu’il s’agisse de tablettes, de téléphones ou d’ordinateurs portables. Bien que cela ait conduit à la sortie de quelques horreurs pulpeuses comme Unfriended, la véritable percée de ce récit semble être sa dernière production en tant que producteur : Recherche.

Avec des critiques élogieuses pour le film qui sort du circuit des festivals, Searching suit John Cho dans son rôle le plus mature à ce jour en tant que père déterminé à découvrir ce qui est arrivé à une fille qu’il croyait timide et studieuse. Pourtant, après sa disparition, il utilise son ordinateur portable pour reconstituer l’endroit où elle est allée, découvrant ainsi qu’elle vivait une toute autre vie sur les médias sociaux et au-delà. Le film est réalisé par Aneesh Chaganty et nous avons hâte de le voir par nous-mêmes lorsqu’il sortira le 24 août.

Désolé de vous déranger

Techniquement déjà sorti, Désolé de vous déranger est toujours le film à battre cet été, et un qui vaut définitivement votre temps. Un homerun sur sa première fois jusqu’à la batte, le scénariste-réalisateur Boots Riley prouve qu’il a beaucoup à dire dans ses débuts. Débordant d’ambition, de créativité et de message qui est pro-union, anti-corporate et totalement différent de tout ce qui a été diffusé à grande échelle, on peut dire sans risque de se tromper que vous n’avez jamais vu un film comme celui-ci. Vous ne verrez pas non plus la fin venir. De plus, vous devez le voir par vous-même pour entendre à quel point il est délirant pour une voix blanche comme David Cross de sortir de la voix de la star Lakeith Stanfield dans cette fusion magique de l’esprit et du réalisme. Le reste de la distribution est également composé de Tessa Thompson, Armie Hammer, Jermaine Fowler, Omari Hardwick, Danny Glover et Steve Yeun, qui ont tous fait du bon travail.

Trois étrangers identiques

Un autre film déjà sorti et toujours en salles, ce documentaire trompeur et excitant, Three Identical Strangers, est un film qui se joue d’autant mieux avec le moins que vous en savez sur le sujet. Un fil “un fait est plus étrange que la fiction” à propos d’un beau gosse de 19 ans qui découvre qu’il a un jumeau identique dont il n’a jamais connu – ce qui à son tour mène à leur triplet qui voit leur histoire dans le journal et qui tend la main à trois étrangers identiques est le documentaire sur le bien-être…. jusqu’à ce que ce ne soit pas le cas.

Avec une conspiration effrayante au cœur de leur séparation à la naissance, qui entraîne des conséquences parfois tragiques et parfois sincères au fil des décennies et de la perte d’intérêt des médias des années 1980, voici l’un des documents les plus surprenants et les plus captivants de cette année ou d’une autre.

 

L'actualité des Médias